Algol : Tragödie der Macht

1920 Film de Hans Werckmeister (All)

Histoire : Un démon d’une planète du système Algol vient sur Terre et donne à un mineur de fond, Robert Herne, une machine capable de produire de l’électricité sans limite. Robert va tirer rapidement partie de la technologie. Cette énergie infinie provoque un séisme économique. Notre héros veut partager les fruits de son pouvoir avec le peuple. Mais la charge qu’implique pour lui cette production le modifie, et sa première compagne, Maria, le quitte pour partir dans une autre contrée où l’on vit encore du travail de la terre. Robert, lui, convole avec la directrice des mines, qui avait déjà des vues sur lui.

Robert Herne
Robert Herne, avant-après

Robert devient vite un entrepreneur richissime. Mieux, ou pire, encore, il devient le maître du monde, détenant entre ses mains la production d’énergie devenue nécessaire à la planète. Son influence ne cesse de grandir avec sa mégalomanie. Elle gagne la partie de la planète où vivait Maria. Continuer à lire … « Algol : Tragödie der Macht »

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

Are you new to blogging, and do you want step-by-step guidance on how to publish and grow your blog? Learn more about our new Blogging for Beginners course and get 50% off through December 10th.

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Himmelskibet

1918 Film de Holger Madsen (Dk) – contrairement à ce qu’on peut lire souvent le film n’est pas adapté de Himmelskibet de Michaëlis, mais le livre est une novelisation du film, datant de 1921, le romancier devant être à la base l’auteur du scénario

Histoire : Avanti Planetaros (carrément !) est un homme d’action en mal de nouveaux défis. Son père, le Professeur – astronome – Planetaros, va lui en fournir un de taille : la conquête spatiale !! Ni une, ni deux, Avanti débauche son beau-frère, scientifique de son état, pour construire un navire spatial.  On recrute un petit équipage de volontaires – et un peu risque-tout quand même – et on part pour Mars, laissant père, soeur, compagne et le Professeur Dubius, ignoble scientifique, ami du père (qui se moque de la tentative d’Avanti – cela ira jusqu’à la haine). Six mois de trajet, éprouvant d’angoisse et c’est la mutinerie à bord. Mais, heureusement, on arrivera enfin sur Mars. Mars où vit une société idyllique que nos héros vont cependant traumatiser. Ils seront vite repentis et conquis par l’utopie Martienne. Continuer à lire … « Himmelskibet »

A Tryton

1917 Film de Alfred Deésy (Aut.)

Histoire : Un monstre des mers tombe amoureux d’une femme humaine. Après avoir essayé de la kidnapper, il se transforme en homme et propose à son mari d’acheter son épouse. Le mari accepte (!) et le monstre repart avec la jeune femme. Celle-ci lui sera cependant infidèle et il repartira au fond des mers.

Alfred Deesy
Alfred Deesy

Commentaire : Premier film de science-fiction géographiquement Hongrois (et non historiquement, la Hongrie n’accédant à l’indépendance que l’année suivante) réalisé par Alfred Deésy, réalisateur hongrois à la longue carrière ici commençante ; A Tryton est son premier film en tant que réalisateur (il fut également acteur) datant de 1917. Il est possible qu’il s’agisse là du premier monstre marin humanoïde.

20.000 Lieues sous les Mers

1916 Film de Stuart Paton (USA) d’après 20.000 lieues sous les Mers et L’ïle Mystérieuse de Jules Verne. Titre Original : Twenty Thousands Leagues under the Sea

Quelqu’un a mis la vidéo complète sur Youtube. J’ignore si ceci est bien légal (moi j’ai le DVD :P) mais je n’ai pas le temps de faire un extrait, donc pour l’instant je partage la vidéo ici : Continuer à lire … « 20.000 Lieues sous les Mers »

Homunculus

1916 Film de Otto Rippert (All)

Histoire : Homunculus erre depuis qu’il sait être un homme créé en laboratoire (1). C’est par hasard qu’il rencontre Illiana la princesse. En sauvant son père, il est accusé de sorcellerie et doit s’enfuir à nouveau (2) . Plus tard, de retour dans la « société », son incapacité à aimer – due à sa naissance extra-humaine – lui causera bien des déboires avec sa compagne (3). Sans espoir d’amour, il deviendra chef d’un pays qu’il s’appliquera à mettre en état de guerre civile en provoquant, par un stratagème machiavélique (4), un soulèvement populaire contre lui-même ! Après quoi il sèmera panique et destruction jusqu’à apparemment mettre fin à l’humanité (5). Il mourra le poing vengeur levé vers le ciel d’où un éclair susceptible le foudroiera ! (6) Continuer à lire … « Homunculus »

The Comet’s Comeback

1916 Film de William Bertram (USA) d’après The Poison Belt de Conan Doyle

Histoire : Le Professeur Peedeeque assure que le monde accélère et que ceci le conduira à sa perte. A moins de ralentir, il s’anéantira en 1926. Heureusement, Peedeeque ne découvre qu’une comète (dans un comeback, donc, après 1000 ans d’absence) va baigner la terre dans une trainée de gaz décélérant. Munis de bonbonnes à oxygène, le professeur, sa fille, et deux prétendants, dont Fuller Speed, l’amateur de vitesse, s’enferme avant la catastrophe. Nos héros observerons un monde soumis à un ralentissement aussi grotesque qu’il est dramatique… Mais vient l’attendu : l’oxygène se raréfie pour nos héros : quelqu’un devra être sacrifié. On tire à la courte paille et c’est Fuller qui perd. Il devra sortir… Continuer à lire … « The Comet’s Comeback »

Verdens Undergang

1916 Film de August Blom (Dk)

Histoire : Tout commence dans un village de mineurs, où une jeune femme se fait enlever (mais avec son consentement) à sa famille par son futur époux, Frank Stoll (« celui qui vole » sans doute), provocant la désolation du père et la fureur d’un autre prétendant du cru… Le couple s’établit dans la capitale où Frank fait fortune en bourse…

Affiche de Verdens Undergang
Affiche de Verdens Undergang

Advient qu’un scientifique, Wiseman (ah, si c’était si simple !), découvre qu’une comète se dirige droit vers la Terre et menace de la percuter. Réunion au sommet, où l’on décide de ne rien dire de la catastrophe apparemment inévitable pour ne pas engendrer la panique générale. Stoll, qui est de la famille de Wiseman (et lui avait fait jurer de lui révéler les conclusions de la réunion) profite de cette information pour faire passer un message dans le Times – dirigé par un ami – certifiant que tout danger, contrairement aux bruits, est écarté, ceci afin de revendre à prix fort les actions qu’il avait achetées à bas prix quand les rumeurs de collision courraient encore. Ayant considérablement – astronomiquement dirait-on – augmenté son capital, il doit maintenant se protéger, lui et son épouse, de la catastrophe à venir : ce sera dans les mines du village de sa compagne. Continuer à lire … « Verdens Undergang »

La Folie du Docteur Tube

1915 Film d’Abel Gance (Fr)

Histoire : Un savant fou invente une poudre qui a de fâcheuses conséquences sur la perception. Une expérience a première vue hilarante qui s’avère pourtant bien inquiétante, notamment pour trois jeunes femmes surprises par les effets anamorphiques sur leurs physionomies et le monde qui les entoure… Heureusement, elles retrouveront leurs compagnons momentanément absents, et l’effet de la poudre finira par passer…

Commentaires : Le futur réalisateur de « La Fin du Monde », dans les premiers temps de sa carrière, réalise ce film très étonnant. L’utilisation d’objectifs déformants donne à ces images un effet psychédélique, certes, mais aussi de cinéma expérimental « avant l’heure ». Le producteur ne s’y est pas trompé, qui a eut quelques différents avec Gance sur ce film : il n’est apparemment sorti sur les écrans qu’après plusieurs années de mise à l’écart.
Si le récit, un peu minimaliste, n’est que l’alibi pour mettre en scène ces déformations périlleuses, le personnage du savant fou, l’innovante et « énorme » invention, sont aussi du domaine d’une SF qui, plus tard, utilisera aussi le thème des drogues hallucinogènes dans bien d’autres récits (littéraires).

The Battle Cry of Peace

1915 Film de Wilfred North et Stuart Blackton (USA) d’après Defenseless America (1915) de Hudson Maxim

Histoire : Vandergriffs est un pacifiste convaincu militant pour le désarmement. Il ignore que, dans son entourage, un des militants, Emanon, n’est autre qu’un agent d’une puissance ennemie. Celle-ci ne tardera pas à déclencher la guerre sur le sol américain, provoquant destructions et drames. Invasion par terre ou par mer, foule en panique bombardée sur Times Square, le Capitole en ruine, occupation, rien n’est épargné au public médusé. Le scénario focalise également sur deux familles : la famille Harrison, dont un fils désire se fiancer avec une fille Vandergriffs, deuxième famille a être au centre du récit. Tous connaîtront une fin tragique : exécutés, passés à la baïonnette en voulant se défendre, jusqu’aux filles Vandergriffs qui seront tuées par leur propre mère pour leur éviter d’être violées par des envahisseurs ivres. Continuer à lire … « The Battle Cry of Peace »

If England Were Invaded

1914 Film de Fred W. Durrant (GB) d’après The Invasion of 1910 de William Lequeux

Histoire  : Les « Norderners » dirigé par leur chef Karl Kruse décident d’envahir l’Angleterre. L’invasion nous est compté : elle commence dans un village où les envahisseurs posent pied aidés par des compatriotes déjà sur place, se faisant passer pour des vacanciers. La contre-attaque est menée par un lieutenant anglais – également en vacances dans le village.

Commentaires : en Septembre 1914, la Première Guerre Mondiale n’est plus de la science-fiction : elle a commencé le mois précédent. Tiré d’un roman de William Le Queux (The Invasion of 1910 – retitré The Invasion of England après 1910), le film fut réalisé en 1913. Il aurait donc pu être une anticipation notable de la Première Guerre Mondiale, à travers le sujet très en vogue en Angleterre de l’invasion, peur présente depuis le début du XX° siècle. Mais les producteurs, après la réalisation, ont décidé de ne pas sortir le film, celui-ci mettant en scène un thème qui, bien que les envahisseurs ne soit pas directement nommés (facile à désigner cependant), pourrait bien être politiquement incorrect, voire carrément outrageant. Rappelons qu’en 1913 la tension entre France et Allemagne est déjà plus que palpable : les deux pays voient leurs dépenses d’armement s’envoler ; en France, le service obligatoire passe en 1913 à 3 ans, bref, il est clair qu’on fonce dans le mur tête baissée. La décision de Gaumont était peut-être prudente d’un point de vue politique, elle l’est moins d’un point de vue science-fictionnel : en ressortant The Raid of 1915 sous ce nouveau titre If England were Invaded en 1914, elle empêche le film de compter parmi ceux qui ont prévu le conflit le plus important que le monde ait connu à cette époque, même si on peut imaginer que quelque mois avant, beaucoup pouvait faire telle prévision.
Addenda : si l’on en croit wikipedia(eng) la question politique était bien présente, ne serait-ce que pour des raisons commerciales : Lequeux fit opposition à Gaumont qui voulait distribuer ce film avec deux fins alternatives, deux différents vainqueurs : l’allemagne ou l’angleterre. Un magazine anglais Punch aurait plaisamment proposé que la fin qui conclut une victoire allemande soit montré en Angleterre et vice-versa… !